Les Beaux Quartiers – à la recherche du boeuf parfait

Les Beaux Quartiers, à la recherche du boeuf parfait.

Les Beaux Quartiers, à la recherche du parfait.

C’est avec plaisir et fierté que je peux officiellement annoncer le lancement de la marque de boeuf haut de gamme: Les Beaux Quartiers.
A l’initiative de Franck Priolet (à gauche sur la photo), en compagnie de Pierre Dubois, je fais partie de l’équipe des fondateurs. Un projet qui me tient beaucoup à coeur.

Notre ambition est de proposer la livraison de boeuf haut de gamme à domicile. Et pour garantir la satisfaction client à chaque livraison, un parti pris: la surgélation à très basse température des morceaux de .  Méthode très largement utilisée dans les pays anglo-saxons (Etats-Unis, Iles Britanniques) ou qualité et surgelé ne sont pas antinomiques (vaste sujet, j’y reviendrai probablement dans un autre billet).

En effet une des gageures pour pouvoir offrir une qualité irréprochable à chaque livraison, est de disposer à chaque instant d’une viande au sommet de sa maturité. Or suivant les origines, les saisons, les approvisionnements, cela n’est pas faisable sans faire trop de compromis sur la qualité. D’où l’intérêt pour la surgélation professionnelle à très basse température, procédé qui préserve au mieux l’intégrité des morceaux.

Pour vous persuader du bienfondé de ce choix, vous pouvez utiliser le coupon de réduction ci-dessous. Toutes les infos et tous les détails ici.coupon_les beaux quartiers

 

Un chef britannique propose un menu spécial athlète autour d’une entrecôte!

entrecôte de boeuf

De la rouge, des légumes verts et de la patate douce : tel est le menu idéal pour les grands sportifs, selon le chef cuisinier et ex-athlète Francis Agyepong.

Originellement vu sur: www.topsante.com

La viande en générale, et la viande rouge en particulier redore son blason nutritionnel. Il y a quelques jours on apprenait qu’elle n’était plus à mettre en cause dans le cholestérol, et aujourd’hui l’on nous dit que c’est recommandable pour les sportifs.

J’aime la viande de , mais je pensais personnellement que le rapport gras/protéine n’était pas très favorable à l’entrecôte. Je m’orienterai plus facilement vers du faux-filet ou une bavette par exemple…

Je ne crois pas qu’il faille prendre toutes ces études au pied de la lettre, même si celle là fait du bien au moral et me déculpabilise un peu.smiley

A la découverte du Boeuf de Kobé sur TF1.

Dans l’émission Sept à Huit de Dimanche soir (15 Février 2015), Harry Roselmack nous emmène au Japon à la découverte du fameux boeuf de Kobé dont on parle décidément de plus en plus ces temps ci. Je suis surpris de retrouver Mr Thierry Marx en « porte-parole » de cette viande, n’est-il pas végétarien?

Moins de surprise pour le reste, le travail précis des agriculteurs japonais, leur retenue, l’ambiance qui se dégage,  fait passer le « gavage » de leurs bestiaux pour de la poésie.  J’ai tout de même appris que « boeuf de kobé » était une sorte de certification décernée aux carcasses répondant à certains critères comme le marbré et l’engraissement.

 

Le Boeuf Wagyu

Steack Wagyu

Steack

J‘ai fait la connaissance du Wagyu il y a maintenant presque 6 ans, j’avais rédigé à l’époque un billet qui est resté longtemps le plus lu de ce blog ( j’admets que ce n’est pas un critère exceptionnel).

Depuis ce temps, le Wagyu s’est fortement développé en France et il est désormais plus simple de s’en procurer.

Voici une sélection de sites où vous pourrez vous en procurer:

Archibald Gourmet sur e-delices:
Déjà en 2009, Archibal gourmet proposait du boeuf Wagyu. Une référence au catalogue, une côte de boeuf d’origine Chili. Sur commande. Pas d’infos sur le délais de disponibilité (long?). 195 €/kilo pour une pièce d’environ 1.1 kilo.

Lesage Prestige:
Grossiste en viande du Nord de la France, Lesage a récemment mis en ligne une boutique destinée au grand public. Ils proposent 4 références de Wagyu, origine australie: de l’entrecôte, de la bavette, du filet et de la picanha, pour des prix allant de 100 € (picanha) à plus de 200 € (le filet). Le plus grand choix à l’heure actuelle.

Maison Lascours:
Boucher depuis 1922 en région toulousaine, la Maison Lascours propose la vente sur internet. Ici aussi 4 références, mais dans deux morceaux: le filet et le Faux Filet, d’origine Chili. Au prix unique de 180 € le kilo.

Carré de Boeuf:
Une seule réfernce, une entrecôte origine Australie à 345 € du kilo!!! Sérieusement?

Ferme Miyabi, éleveur de Wagyu en Bretagne

Ferme Miyabi, éleveur de Wagyu en Bretagne

J’ai aussi découvert un éleveur breton qui élève des boeufs Wagyu en France, et propose de la vente en directe de son élevage, la ferme Miyabi Gyu . J’ai fait une demande d’information et mettrai à jour ce billet alors. A voir en attendant une présentation de leur exploitation sur UniversBoucherie.

Pour finir, les artisans bouchers, renommés ou non, sont également de plus en plus nombreux à en proposer de manière occasionnelle.
Si vous avez des adresses, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

 

 

 

 

Umami: la saveur de l’évolution | Slate.fr

Un article très intéressant sur « l’umami », cette saveur définie par les japonais (en addition du sucré salé, amer et acide) et qui caractérise des saveurs de viande grillée, de sauce soja (fermentation) et de glutamate.  Le passage captivant et qui justifie leur titre, c’est que les autres goûts ont une utilité très primaire (la survie de l’espèce) alors que l’umami titille notre seul plaisir…

Originellement vu sur: www.slate.fr

Steak (R)évolution – le mondovino de la viande?

Steak Révolution est un documentaire réalisé par Franck Ribière, qui sortira dans certaines salles le 5 Novembre. Le menu est alléchant: à la recherche des meilleures viande du Monde. Le réalisateur fait lui même le parallèle avec Mondovino, le documentaire sur le vin qui était sorti il y a quelques années et qui m’avait enchanté. Avec Yves Marie Le Bourdonnec en guest star.

Personnellement je trouve qu’il y a énormément de similitudes entre le vin et la viande de . On est sensé en consommer moins pour préserver nos artères, et il y a une conception « anglo-saxonne » du produit (une viande de bonne qualité, standardisée ( à la manière d’un cabernet argentin)) et de l’autre une approche plus romantique, française,  avec des trésors bien cachés (et qui peuvent sans problèmes se comparer aux meilleurs) mais aussi de nombreuses déceptions.

Je suis impatient de le voir.

Question subsidiaire: quelle race le bovin sur l’affiche?

Fabriquer des steaks avec une imprimante 3D?

modern_meadowIl n’y a pas de hasard paraît-il! Hier dans le reportage sur France 5, le steack-haché in-vitro était abordé, et ce matin je trouve un article sur une start-up californienne qui se targue de développer une imprimante à viande.

Même si de prime abord cela peut sembler complètement farfelu, il semblerait que cela ne soit pas complètement de la science fiction.

Avec les méthodes traditionnelles d’élevage, pour produire un steak de 110 grammes, il faut 3kg de céréales, 7 mètres carrés de terrain où les faire pousser, 200 litres d’eau, 300kWh d’énergie et l’équivalent de 6kg de CO2 dégagés. La croissance de la population ainsi que celle des classes moyennes fait exploser la consommation de viande et puisent d’autant dans les ressources de la planète. D’où l’intérêt de protéines animales de bonne qualité fabriquées selon des méthodes alternatives, d’après Modern Meadow. Qui se targue de nécessiter 99% de terrain en moins, 96% d’eau en moins et 45% d’énergie en moins, de produire 96% de gaz à effet de serre en moins, d’éviter tout risque de maladie animale et de ne faire mal à aucun animal. Bref, une alternative sûre, durable, économique et éthique à l’élevage industriel. Et une possibilité de disposer de viande dans les régions inhospitalières de la planète… comme dans l’espace.

 

Originellement vu sur: www.journaldunet.com