Interdire la viande pour sauver la planète | LeMatin.ch

Un nouveau coup de boutoir à la filière viande par le biais d’une interview de Lord Nicholas Stern au « Times ». La rhétorique est désormais connue, produire de la viande est un non-sens écologique, arrêtons donc de manger de la viande.

Comme je l’ai déjà commenté à propos du livre récemment paru « Bidoche », il s’agit d’une position extrémiste mais qu’il ne faut pas ignorer ou sous-estimer.

Les commentaires de l’article sur le site du Matin sont un baromètre assez encourageant, il y a un grand nombre de lecteurs qui considèrent que manger de la viande fait partie intégrante de notre identité, mais on doit reconnaître que la balance penche pour une consommation « raisonnée » de protéines animales, et pour une production plus responsable des dites protéines. (en parlant de commentaires, Outre-manche, la balance est nettement moins favorable aux carnivores).

Je regrette le flou qui entoure les chiffres lancés ici et là sur le coût environnemental de la production de viande et je vous encourage à lire une tribune publiée (trop discrètement) par Denis Sibille (éleveur mosellan et Président de l’Interbev) et Pierre Chevallier (Président de la FNB) il y a quelques temps et que j’ai mis à disposition ici.

Ils remettent en cause les calculs pour établir la pollution de la production de viande. Leurs arguments sont convaincants, mais alors pourquoi une communication si inaudible. S’ils sont sûrs de leur fait, qu’ils le crient haut et fort.

Dans tous les cas, il nous faudra rapidement incorporer les préoccupations environnementales à notre mix commercial, comme l’ont fait très bien et rapidement les constructeurs automobiles. En 10 ans, leur argumentaire est passé de la puissance du moteur, à la sécurité passive du véhicule pour mettre en avant désormais la frugalité de leurs nouveaux modèles.

Nous en sommes où dans la viande? A la traçabilité? plus sûrement au « Je suis Français moi monsieur!  » et alors?

Source: Interdire la viande pour sauver la planète | LeMatin.ch.

QOOQ – Le premier coach culinaire tactile

J‘ai découvert ce matin, Qooq,  une tablette tactile dédicacée à la cuisine.

qooq

L‘écran a été spécialement conçu pour résister à l’environnement particulier d’une cuisine (graisse, eau, etc…). Et donc vous pouvez consulter des recettes étape par étape, des explications techniques, des conseils. Il est livré avec plus de 2000 recettes multimédia, pour tous les goûts, tous les niveaux. L’ergonomie des contenus proposés a l’air plutôt bien pensé.

Il cumule aussi des fonctions de radio, météo, cadre photo numérique.

Disons qu’ils ambitionnent  d’être à la recette de cuisine, ce que l’ Ipod est devenu pour la musique, l’ustensile indispensable.

Son prix: 349 € ttc.

Abordable si l’on veut. Par contre, point noir du concept à mon humble avis, il faut débourser 12.95 € par mois pour recevoir régulièrement de nouvelles recettes et un e-magazine d’actualités culinaires.

Ce n’est pas le tarif que je discute, ni même la qualité du contenu proposé qui me paraît bonne, c’est plutôt le fait que le concept soit cloisonné, et on se rend compte que dans les nouvelles technologies, la clé c’est le nombre d’utilisateurs. et l’abondance de contenus divers.

A suivre donc.

Le site: QOOQ – le premier coach culinaire tactile

Mini ferme

Le week-end dernier, j’ai passé mon Samedi à Leclerc Vandoeuvre en compagnie de petits producteurs. Ce magasin semble décidé à construire des relations commerciales « responsables » avec des petites exploitations agricoles de la région.

J‘accompagnais un éleveur, Mr Pascal BASTIEN qui élève en Meurthe et Moselle, à Bagneux,  de manière traditionnelle des bovins de race Hereford.

Avant cette journée, j’avoue que j’étais dubitatif sur l’engagement réel des dirigeants de ce magasin, mais leur accueil et l’organisation de cet évènement m’ont convaincu.

Rendez-vous est déjà pris pour l’année prochaine.

Ci-joint l’article paru dans l’Est Républicain à ce sujet.

Viande, la nouvelle menace ? – Metro

Titre racoleur pour un question/réponse sur le forum de Metro (le journal) avec l’auteur de Bidoche (au tire également provocateur: l’industrie de la viande manace le monde).

Le titre ne fait pas vraiment honneur à l’honnêteté des réponses je trouve. Il s’agit d’un point de vue « écocitoyen » qui ne s’applique pas uniquement à l’industrie de la viande, c’est clair, mais ses remarques sont dans l’air du temps et il faut en être conscient.

Une position extrême, mais l’ignorer est également extrémiste.

Source: Viande, la nouvelle menace ? – Metro.