Le steak haché sur le grill – France 5 en replay

Steack hahcé sur France 5

sur France 5

Le steak haché représente 25% de la consommation de viande de en France. Chaque année, les Français en mangent 42 en moyenne. Pour les industriels, c’est un aliment stratégique qui permet de rentabiliser des carcasses plus ou moins qualitatives. Eclaboussé par des scandales alimentaires, le steak haché suscite aussi la méfiance. Il est pourtant l’un des aliments les plus contrôlés en France. Mais avec des prix qui varient de 5 à 20 euros le kilo, il n’est pas rare de manger autre chose que de la viande de boeuf. Des ingrédients comme la fibre de bambou sont utilisés pour développer des recettes moins onéreuses.

A voir en Replay sur pluzz.fr.

Rien de neuf sur notre bonne terre, mais c’est bien de le répéter: C’est meilleur quand c’est bien fait, mais c’est fréquemment plus cher… (quoique…). Avec un petit topo sur la viande in-vitro.

Globalement bien fait, de l’information, pas de sensationnalisme, .

Originellement vu sur: pluzz.francetv.fr

Bigard lance une nouvelle génération de hachés

steack haché BigardLe #haché a été en quelque sorte la poule aux œufs d’or des industriels. Mais le marché s’essouffle et , le leader français a le mérite de tenter de s’en sortir par le haut, avec de l’##innovation.

A tester pour se rendre compte s’il y a un réel bénéfice client.

Un résultat le plus proche possible des hachés vendus en boucherie traditionnelle.explique Aurélien Penot, directeur marketing de Bigard. En gros, les fibres de la viande seront à la verticale par rapport aux stries dessinés sur le dessus du steak, contrairement aux hachés ‘façon bouchère’ actuellement présents en GMS. Cette évolution permet d’éviter que le steak ne se rétracte à la cuisson.

Originellement vu sur: www.lsa-conso.fr

Un frigo pour faire vieillir votre viande

steaklokerLa maturation de la viande est un « concept » qui a le vent en poupe, surtout dans les pays anglos saxons pour le moment. Témoin ce projet de frigo de maturation pour particuliers avec contrôle de la température et de l’humidité, avec bien sûr son app dédiée.

La compagnie a tenu une campagne sur le site de financement participatif. Kickstarter pour amasser des fonds afin de débuter la production, engager une équipe et terminer la programmation de l’application qui permettra de surveiller son réfrigérateur en tout temps.

Plus de 191 000 $ ont été amassés. Le prix de départ pour pouvoir obtenir un réfrigérateur était de 555 $ et les premiers appareils devraient être livrés en novembre 2014. Si vous désirez vous en procurer un, vous devrez donc vous faire patient et attendre le début de 2015.​

Originellement vu sur: fr.canoe.ca

74 % des Français contre le bœuf d’Amérique

tafta-logoLes négociations transatlantiques entre l’Union européenne et les pays d’Amérique du Nord ont repris en début de semaine. L’un des sujets chauds de ces négo semble être la viande.

En tout cas les syndicats et organisations professionnelles françaises ont sorti l’artillerie lourde pour attirer l’attention des médias. Une sélection des articles parus cette semaine à ce sujet:

74 % des Français contre le bœuf d’Amérique /  LINEAIRES

La Filière bovine française  s’inquiète de l’accord transatlantique / Le Monde

La viande dans l’accord de libre-échange entre UE et USA: les différences de normes d’élevage que craignent les éleveurs – Le Huffington Post

Il est clair qu’il existe encore aujourd’hui une profonde divergence culturelle au niveau de la production alimentaire: d’un côté de l’Atlantique un modèle basé sur la productivité comme critère principal, de l’autre, la sécurité comme principe de base.

Je vous recommande d’écouter cette émission sur Radio Canada à propos de l’utilisation des hormones pour la production de viande, on est clairement sur une autre planète:

La vérité sur les hormones et antibiotiques dans la viande

Personnellement je pense que le modèle productiviste est dépassé. Mondialement, les consommateurs les plus solvables recherchent des garanties de sécurité alimentaire.

L’Europe est à la pointe dans ce domaine, il ne faut surtout pas faire de concessions à ce sujet.

Ce qui n’empêchera pas de devoir faire des efforts d’adaptation des productions aux exigences des consommateurs.

 

 

7 trucs et astuces pour un gigot d’agneau parfaitement réussi.

Quelques conseils pour savourer un gigot à la hauteur de vos attentes…

gigot d'agneau rôti

gigot d’agneau rôti

1/ Sortir le gigot du frigo au moins une heure avant la cuisson en le laissant à l’air libre. C’est d’ailleurs vrai pour toutes les viandes.

2/ Température: Four à environ 230°C suivant le four. A vous de juger par rapport à votre expérience. Pendant les 15 premières minutes pour bien croûter la face externe de la viande. Puis baisser la température aux environs de 200° C pour la suite.

3/ Piquer l’ail? Contrairement à la coutume, il n’est pas conseillé de piquer l’ail dans la viande. Cela nuit sensiblement à la jutosité. Il est préférable de le glisser sous la peau, ou entre les muscles. On peut aussi les laisser en chemise, entières ou écrasée au couteau, dans le fond du plat.

4/ Pour augmenter le croustillant de la peau, badigeonnez le gigot avec de l’huile d’olive ou du beurre suivant vos habitudes et goûts. Vous pouvez en profiter pour faire une marinade avec sel, poivre, thym, romarin, moutarde, menthe, sauce soja, miel etc… Laisser libre cours à votre imagination. La viande d’agneau se prête à de nombreux mariages.

5/Arroser le gigot tous les 1/4 d’heure avec son jus de cuisson, ou avec du vin (j’ai vu une recette de Jamie Oliver comme ça…). Le retourner toutes les 1/2 heures.

6/Temps de cuisson: 30 min par kilo de viande pour une viande rosée. Si vous possédez une sonde, la température à cœur doit être comprise entre 55° (limite saignant) et 60°C (presque à point).

7/Laisser reposer au moins 10 min dans le four la porte entrouverte. Je ne suis pas d’avis de le recouvrir d’alu, il perdra un peu de son croustillant. Et puis l’alu…

Si vous avez d’autres conseils,  je suis preneur ;)

 

Mustcook: Paleron d’une nuit aux agrumes

 

Paleron de boeuf

A boire et à manger

Une recette qui m’inspire. Un paleron (la recette originale nécessite de la joue…)qui cuit lentement à la cocotte au four pendant une dizaine d’heure avec des saveurs acidulées.

Cela me fait penser à une préparation que j’ai réalisé plusieurs fois récemment, le pulled pork.

Perso je rajouterai un peu d’épices à cette recette pour un peu plus de pep’s (je vois bien un morceau de cannelle, quelques grains de poivres, du cumin et du gingembre moulu)

A essayer rapidement.

Paleron d’une nuit aux agrumes, panais rôtis – A boire et à manger.